Quebec

Témoignage: Foi et raison à Quebec

Étudiant en maîtrise, je faisais l’expérience de difficultés que posent les études aux cycles supérieurs. La solitude du chercheur, qui naît des impératifs de la recherche, est omniprésente. De plus, l’étudiant chrétien fait face à un combat spirituel propre à ce milieu : concilier les exigences de la foi et de la raison. La plupart des universitaires chrétiens ne sont d’ailleurs pas outillés pour approfondir cette dimension de leur travail. C’est pourquoi j’ai proposé avec quelques frères et sœurs de la communauté et des confrères étudiants de créer ce groupe dont le but est de se donner un lieu de vie fraternelle, de formation intellectuelle et d’encouragement dans le témoignage.

La formule s’est un  peu cherchée au départ mais maintenant nous nous retrouvons un vendredi soir par mois  en commençant par partager une pizza, puis nous avons une première petite conférence d’une demie-heure environ d’un étudiant ou étudiante qui nous expose son sujet de maîtrise ou de doctorat qu’il soit achevé ou non. Cela est déjà passionnant à cause de la grande diversité des disciplines qui sont en jeu. Ainsi nous avons eu une conférence en génie civil sur la difficulté de l’entretien des routes dans le climat canadien (par un étudiant tchadien!), une autre sur la poésie mystique de Saint-Jean-de-la-Croix ou encore une autre sur  l’évolution du langage spirituel chez les infirmières en soins palliatifs. Cet exercice est très intéressant à la fois pour l’étudiant qui doit faire l’effort de présenter synthétiquement son sujet de recherche alors même qu’il n’est pas achevé ou, pour celui qui l’a achevé, de partager un labeur qui risque trop souvent de se retrouver sur  une tablette de la bibliothèque de l’Université. Pour le public, c’est un moment où nous sortons du confinement très pointu de notre spécialisation pour goûter à quelque chose de l’universalité du savoir qui est le propre de l’Université.

Le deuxième moment de la soirée est une conférence plus longue sur un sujet de fond lié à la problématique foi et raison. Cela peut se faire à travers une figure historique ou au contraire sur un thème. Ainsi, nous avons pu réfléchir, avec un professeur de philosophie, sur la nature de la raison, son pouvoir, ses limites, thème universel à toutes les sciences; et aussi aux maladies ou déviations qui l’affectent aujourd’hui : relativisme, scientisme, scepticisme, etc. Comme grandes figures nous avons eu la joie de découvrir des personnalités comme Frédéric Ozanam, universitaire français du XIXème siècle, fondateur des Sociétés Saint-Vincent-de-Paul; le professeur Lejeune, chercheur contemporain, découvreur de la trisomie 21 ou Alphonse Desjardins, un québécois qui vécut au tournant des XIXème et XXème siècles qui a créé un mouvement de coopération financière, les « Caisses Populaires » qui a profondément marqué la société québécoise.

Notre prochain rendez-vous sera le premier « colloque Foi et Raison » qui aura lieu à la Paroisse Saint-Thomas-d’Aquin, confiée à une équipe de prêtres de la Communauté de l’Emmanuel et voisine du grand campus de l’Université Laval. Au programme : deux conférences de mémoire de maîtrise, suivi d’un « bières et fromages », et d’une soirée en forme de récital de textes des deux auteurs évoqués dans l’après-midi :  la bienheureuse Marie de l’Incarnation et le poète québécois Hector de Saint-Denys Garneau.

Le bilan de ces rencontres est encourageant, il a permis de créer un petit réseau d’une trentaine de personnes qui veulent œuvrer dans le même sens : vivre une fraternité entre universitaires catholiques et participer, dans ce milieu passionnant mais difficile, à la mission de l’Église.

Abbé Martin Lagacé, Communauté de l’Emmanuel

La communauté de l’Emmanuel au Canada:  http://www.emmanuelca.info/

Mentions légales

IUPG, association loi de 1901
91, boulevard Auguste Blanqui
75013 Paris

Représentant légal : Philippe Quentin
Responsable de rédaction : Isabelle Voix
Hébergeur : OVH