Les sciences face au concept judéo-chrétien de création, La Roche du Yon, Janvier 2013

Le 21 et le 22 janvier 2013 s’est tenu à l’Institut Catholique d’Etudes Supérieures de la Roche sur Yon (Vendée, France) un Colloque se donnant pour objectif de faire dialoguer les approches scientifique, philosophique et théologique du thème de la Création, entendue au sens que lui donne la Révélation judéo-chrétienne. Il était organisé conjointement par l’IUPG et le Pôle théologique de l’ICES. Il a bénéficié d’un soutien financier important de l’ICES.

Il est clair que sur un aussi vaste sujet, il ne pouvait s’agir que d’offrir des éclairages ponctuels, permettant néanmoins de bien saisir l’ampleur des enjeux d’une telle confrontation.

Le colloque a été encadré par deux interventions de nature philosophique. Le Père Pascal Ide a montré en quoi structurellement l’acte créateur est un acte d’amour, alors qu’on le place trop souvent de nos jours sous l’angle d’une lutte pour l’existence. D’autre part, Paul Clavier a développé l’argument métaphysique d’une Création ex nihilo qui est à proprement parlé « indescriptible » et néanmoins conceptualisable. Trois contributions étaient issues du monde de la Physique. Thierry Grandou a montré à partir de l’exemple des théories quantiques des champs comment les théories physiques sont comme le reflet d’une métaphysique. Partant de son expérience de physicien, le Père Thierry Magnin a illustré l’idée que dans la quête du fond des choses ou celle du fond du coeur de l’homme souffle le même Esprit créateur. Philippe Quentin a décrit comment la conception actuelle du temps que les physiciens ont construit, peut fournir un éclairage sur le concept d’éternité. Deux contributions ont été consacrées au thème central de l’évolution du vivant. Le paradigme d’une évolution « au hasard » a été mis en question par Pierre Perrier à trois niveaux : métaphysique, exégétique et scientifique. Anne Dambricourt, pour sa part, a présenté la théorie synthétique de l’évolution du Père Pierre Teilhard de Chardin, son origine, son actualité et ses questionnements ontologiques implicites. Dans son intervention enfin, le Père Antoine Nouwavi a décrit une œuvre théologique « en chantier » concernant le concept de Création, à partir de l’exemple de la recherche théologique africaine.

Ce colloque donnera lieu à une publication conjointe des Presses Universitaires de l’ICES et des Editions de l’Emmanuel (Collection IUPG).

En février 2014, l’IUPG et l’ICES (Pôle théologique et Département Mathématiques/Physique/Chimie) organiseront un Colloque sur « L’infini en sciences, en philosophie et en théologie ».

Philippe Quentin

 

 

Mentions légales

IUPG, association loi de 1901
91, boulevard Auguste Blanqui
75013 Paris

Représentant légal : Philippe Quentin
Responsable de rédaction : Isabelle Voix
Hébergeur : OVH